Les 3 sources de connaissance sur notre monde : science, révélation et expérience


La science permet de comprendre intellectuellement notre monde.
La révélation nous est communiquée, elle doit être reçue.
L’expérience vient de la mise en pratique.
Ces sources de connaissance correspondent aux trois principales formes d’intelligence :
l’intelligence intellectuelle trouve son application dans la science.
L’intelligence relationnelle s’exprime par la capacité à comprendre l’autre, à entendre sa parole.
L’intelligence pratique ou créative développe des solutions par l’expérience.
La science parvient à établir des schémas de compréhension du monde. Elle est plus visuelle.
La révélation est davantage de l’ordre du discours, de la mémoire, des histoires qu’on raconte. Elle est plus auditive.
Quant à l’expérience elle se rapporte plutôt à nos souvenirs et à notre perception de la position ou des mouvements des différentes parties de notre corps. Elle est kinesthésique.
La science s’intéresse d’abord aux réalités matérielles qui nous entourent.
La révélation nous informe et nous communique une énergie. Elle est d’ordre passionnel.
Au-delà des passions, l’expérience développe des valeurs d’ordre plus spirituel.
Ces trois sources de connaissance, nous donnent trois façons de percevoir la perfection,
ce qui est beau, bon et bien. La beauté de la création ; la bonté de la parole ; le bien de la solution.
La science nous est transmise. Elle est un héritage construit de longue date. C’est notre passé.
La révélation est pour aujourd’hui. C’est l’éclat de lumière qui jaillit soudain. C’est notre présent. L’expérience est un potentiel qui nous permet de faire face à notre avenir. C’est notre futur.
Science, révélation et expérience nous permettent d’explorer chacune l’une des trois dimensions de l’espace-temps. La science explore l’Univers. La révélation est une forme de la Conscience. L’expérience est un morceau de la grande Histoire.
Science, révélation et expérience ont été bouleversé chacun par les grands événements de notre époque récente : le nouveau monde Internet révolutionne notre façon de connaître le monde ; la chute du mur de Berlin a vu s’effondrer sa représentation bipolaire, Est contre Ouest ; notre nouveau modèle de développement durable offre une alternative à expérimenter pratiquement par un nouveau mode de vie.
La science s’intéresse à des objets d’étude et cherche l’objectivité. La révélation s’adresse plus à des sujets. Elle est subjective. L’expérience s’acquiert par l’action, le verbe.
La science cherche à comprendre la forme et les propriétés des choses. La révélation décèle des entités et leur statut. L’expérience s’attache davantage à leur fonction et à leurs relations.
La science établit des thèses. Les docteurs commencent d’ailleurs par élaborer et soutenir leur thèse.
La révélation procède davantage de l’antithèse. Elle vient briser ou révéler autrement ce que l’on croyait savoir.
L’expérience effectue une certaine synthèse. Elle permet de concilier la théorie et un environnement donné, vérifier ce qui fonctionne le mieux dans telles ou telles conditions.
La science construit une représentation, comme un squelette de notre univers. La révélation vient l’irriguer, mettre de la chair autour. Elle fait vivre cette représentation, la nourrir, comme le cœur et son système sanguin vient alimenter chaque cellule de notre corps. L’expérience permet de ressentir et d’impulser les mouvements comme le fait notre système nerveux.
La science concourt directement à notre sécurité. Elle nous familiarise avec notre environnement et permet de le domestiquer. La révélation nous donne une appartenance à une communauté de personnes qui la partagent. L’expérience communique une certaine reconnaissance de la part des autres et une satisfaction pour soi-même.
Science, révélation et expérience sont comme un jeu. La science en indique les règles. Les meilleurs joueurs sont comme une révélation. Chaque partie est une expérience différente.
Les générations successives du web reflètent également ces trois principales sources de connaissance : le web 1.0 et ses liens hypertextes démontre une approche de type scientifique, voire encyclopédique avec Wikipédia ; le web 2.0 personnalisé et les réseaux sociaux permettent davantage à chacun d’exprimer ses différentes compréhensions et ressentis ; le web 3.0 collaboratif et mobile permet de développer de nouvelles expériences avec les objets connectés.
Dans une perspective d’aménagement et de développement durable du territoire, la science contribue directement à la valorisation du cadre de vie, une révélation commune assure la cohésion sociale et l’expérience accumulée concourt au développement de l’économie.
La science commence par dresser des cartes descriptives ou topographiques du territoire. Les cartes statistiques révèlent les phénomènes. Les cartes schématiques reflètent davantage une expérience ou un projet.

La science peut conduire à s’en remettre exclusivement aux lois de la nature. La révélation risque de mettre sur un piédestal le messager, l’intermédiaire qui apporte cette révélation. Le succès peut amener une considération exagérée de sa propre expérience.
Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Le développement durable : un projet divin ?